Le coton biologique est-il durable ?

L’industrie du coton est gourmande en ressources et nécessite d’énormes quantités de pesticides. Mais dans quelle mesure le coton biologique est-il durable ?

Le coton vous est probablement déjà très familier. C’est l’un des textiles les plus utilisés dans l’industrie de l’habillement et la plupart des articles de votre garde-robe en sont probablement faits. Mais pour quelque chose d’aussi familier, il y a beaucoup de choses que beaucoup d’entre nous ne savent pas encore sur le coton. Comment est-il produit ? Est-il mauvais pour l’environnement ? Est-il mauvais pour l’homme ? Et, lorsque vous faites vos achats, est-il préférable d’opter pour du coton biologique ? Autant de questions auxquels nous allons tenter de répondre à travers cet article.

Une brève histoire du coton

Produit à l’origine en Inde (5 000 ans avant J.-C.), le coton est aujourd’hui utilisé et porté dans le monde entier. Environ 27 millions de tonnes sont produites chaque année.

Fabriqué à partir des fibres naturelles du cotonnier (qui ressemblent à de petites boules duveteuses), le coton est doux et polyvalent. Pour le transformer en un tissu portable, les fibres naturelles sont filées en fil.

Grâce à des innovations dans le domaine de la fabrication, la production de masse du coton a débuté pendant la révolution industrielle britannique. Dans les années 1760, la “spinning jenny”, un métier à filer à fuseaux multiples, a été inventée. Elle a contribué à révolutionner l’industrie et, selon Historic UK, au début des années 1800, les produits en coton représentaient environ 42% des exportations britanniques.

Mais cela ne devait pas durer. Si la Grande-Bretagne a été l’un des moteurs de la production de masse du coton, ce sont aujourd’hui les États-Unis, la Chine et (une fois encore) l’Inde qui dominent l’industrie.

Comment le coton est-il produit ?

Il y a plus d’une façon de récolter le coton. Au début de la production, la récolte demandait beaucoup de travail et était partout ramassée et séparée à la main.

Aujourd’hui, certains pays, comme les États-Unis, utilisent des machines pour récolter le coton. Des cueilleurs et des effeuilleuses mécaniques sont utilisés. La première cueille la boule de coton sur la plante, laissant le reste dans le sol. La seconde arrache les boules de coton, ainsi que les feuilles et la tige de la plante restante. Toutes deux peuvent récolter environ six rangées de la plante à la fois.

Cependant, bien que les machines aient évolué, dans de nombreux pays, le coton est encore souvent récolté à la main. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Le coton biologique, par exemple, est presque exclusivement cueilli à la main, ce qui garantit une meilleure qualité, car aucune fibre n’est endommagée au cours du processus. Le coton biologique est également beaucoup plus respectueux de l’environnement (nous y reviendrons plus tard).

Mais dans certains cas, la cueillette manuelle conduit à l’exploitation. Selon un rapport de la BBC, en 2014, plus de 400 000 enfants ont travaillé dans les exploitations de coton en Inde. Les enfants sont parfois utilisés car ils ont des doigts plus petits, mais aussi, selon un agriculteur, leur éthique de travail est meilleure.

Venkatram Reddy, qui possède une ferme dans l’Andhra Pradesh, a déclaré à la BBC : “Ce n’est pas possible avec les adultes. Ils ne travaillent pas aussi dur et n’arrivent pas à l’heure. Même si nous leur versons à tous les deux le même salaire, ce sont les enfants qui travaillent sincèrement et honnêtement.”

Le travail des enfants dans le coton n’est pas exclusif à l’Inde. En 2016, un rapport du ministère américain du Travail a révélé que le travail des enfants était présent dans la production de coton dans 18 pays, dont la Chine, l’Ouzbékistan et le Brésil.

Si de nombreuses marques et détaillants déclarent ne pas acheter sciemment du coton récolté en faisant appel au travail des enfants, il peut être très difficile de remonter la filière. La BBC note que le coton peut changer de mains un certain nombre de fois avant d’arriver à l’usine pour être transformé en vêtements.

Il existe toutefois un moyen de vous assurer que votre coton est produit de manière éthique. Lorsque vous achetez du coton certifié commerce équitable, une grande partie de la récolte peut encore être cueillie à la main, mais les travailleurs sont traités équitablement et le travail des enfants n’est pas utilisé. Veillez à rechercher des certifications officielles de commerce équitable, comme celle-ci.

Le coton est-il mauvais pour l’environnement ?

Si l’industrie du coton a pu être autrefois la fierté de l’Empire britannique, elle a, tout comme ce dernier, un revers de médaille. Outre le travail et l’exploitation des enfants, cette culture douce et moelleuse a un impact considérable sur l’environnement. La culture excessive épuise et dégrade le sol, et utilise d’énormes quantités d’eau.

Utilisation de pesticides

Des produits chimiques puissants sont utilisés pour traiter le coton. Alors que l’industrie du coton conventionnel couvre 2,6 % des terres de la planète, elle utilise 6 % des pesticides au niveau mondial, ainsi que 16 % des insecticides. L’eau polluée provenant de cette industrie s’écoule dans les rivières et autres cours d’eau, nuisant non seulement à la vie marine, mais aussi aux êtres humains.

L’assèchement de la mer d’Aral a été une catastrophe pour les communautés environnantes. The Guardian a rapporté en 2014 que la poussière, contaminée par le sel et les pesticides précédemment absorbés par le lac, était soufflée dans les villages voisins, provoquant des taux plus élevés de cancer de la gorge et de maladies respiratoires.

L’écologiste et créatrice de mode durable Katharine Hamnett a déclaré au journal à l’époque : “Comme l’a dit Vandana Shiva, ‘aucune espèce n’a délibérément conçu sa propre extinction’, mais avec l’agriculture industrielle, nous l’avons fait.”

Le coton biologique est-il meilleur pour l’environnement ?

Pantoufles Caussün contenant du coton organique

Le coton biologique n’est pas parfait, car il utilise toujours des ressources, mais il est bien meilleur pour l’environnement que son homologue conventionnel.

Selon About Organic Cotton, une ressource financée par Textile Exchange, une organisation à but non lucratif spécialisée dans la durabilité des textiles, le coton biologique utilise 88 % d’eau en moins que le coton conventionnel. Selon le groupe de défense de l’environnement Hubbub, cette réduction peut atteindre 91 %. Cela s’explique par le fait que la majeure partie de ce coton est cultivée dans des zones pluviales, ce qui réduit la pression sur les autres sources d’eau.

Le coton biologique est également plus respectueux du sol. Selon l’Organic Trade Association, lorsque le coton est cultivé de manière biologique, des stratégies de rotation des cultures et des pratiques de consolidation du sol sont utilisées. Le sol reste ainsi en bonne santé, ce qui est bénéfique pour le climat. Un sol sain contribue à extraire le carbone de l’atmosphère.

La production de coton biologique n’utilise pas non plus de produits chimiques toxiques. Ce dernier point n’est pas négociable, car les pesticides sont en fait interdits dans la production de coton biologique. Au lieu de cela, la rotation des cultures permet de protéger les plantes contre les maladies et autres menaces, comme les parasites. Découvrez les pantoufles éco-conçues par lapantouflebio.com.

Le coton biologique est-il biodégradable ?

Le coton étant une plante, il est naturellement biodégradable. Mais le fait que ce processus soit favorable ou non à l’environnement dépend du type de coton. Lorsque le coton non biologique se biodégrade, tous les produits chimiques utilisés pour le traiter retournent dans la terre, endommageant les habitats locaux. Les oiseaux et autres animaux peuvent finir par digérer les toxines.

Le coton biologique, en revanche, n’est pas traité avec des produits chimiques. Ainsi, lorsqu’il se décompose, il est moins nocif pour la terre. Le coton biologique prend jusqu’à cinq mois pour se biodégrader.

Peut-on recycler le coton ?

Vous cherchez à vous débarrasser d’un vêtement en coton ? Il y a plusieurs possibilités. Si l’article est encore en bon état, il y a la solution évidente du don ou de la vente. Recherchez les boutiques de charité locales ou utilisez des applications de revente comme Depop ou Vinted.

Si l’article n’est plus dans un état raisonnable, vous pouvez également vous renseigner auprès de votre mairie pour savoir si elle accepte les vêtements pour le recyclage. Certains détaillants, comme H&M et The North Face, acceptent les vieux vêtements à recycler.

Le recyclage du coton n’est pas un processus parfait. Selon CottonWorks, une ressource industrielle, le coton doit être mélangé à d’autres fibres pour être transformé en un nouveau fil. Ce mélange est nécessaire pour assurer la solidité et la durabilité du coton, mais il ne peut être recyclé en permanence.

Une solution consiste à acheter des produits conçus pour durer. Le coton biologique durera plus longtemps que le coton conventionnel car sa qualité est bien meilleure.

À l’heure actuelle, moins d’un pour cent du coton utilisé dans le monde est biologique. Mais Liesl Truscott, directrice de l’Europe et de la stratégie des matériaux de Textile Exchange, affirme que les consommateurs peuvent contribuer à changer cette situation en manifestant leur demande et en soutenant les marques qui choisissent le bio plutôt que le conventionnel.

Elle a déclaré à Vogue Australie : “Il faut que les grandes entreprises investissent dans l’offre et créent la demande. Nous avons besoin qu’elles s’améliorent en permanence”.

Rédiger un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.