Publié le Un commentaire

Les choses que vous ne saviez probablement pas sur les pantoufles

Le Larousse définit la pantoufle comme une “chaussure légère, souple, confortable, souvent chaude, faite pour l’intérieur”. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas : la pantoufle n’a pas toujours été une chaussure en tant que telle, ni une chaussure d’intérieur. De plus, encore aujourd’hui, les coutumes entourant la pantoufle varient d’un pays à l’autre.

Voici 5 histoires autour de la pantoufle qui changerons votre perception sur ces dernières.

La pantoufle est une invention orientale

Les plus vieilles pantoufles que l’on a pu retrouver à ce jour ont été découvertes dans des tombes égyptiennes remontant au 2ème siècle. Originaires d’Orient, les pantoufles seraient un dérivé des babouches et ont longtemps été utilisées dans le monde oriental avant de faire leur entrée en Occident.

En effet, c’est à la fin du Moyen-âge qu’elles atteignent l’Europe. Ce sont alors les paysans qui en auraient profité les premiers, en les utilisant comme des chaussettes à enfiler dans leurs sabots en bois pour plus de confort. C’est comme ça que, petit à petit, les pantoufles se sont invitées dans nos maisons, d’abord utilisées par les femmes avant de gagner en popularité auprès des hommes.

La pantoufle n’a donc pas toujours été seulement une chaussure d’intérieur.

À une époque, le mot désignait d’ailleurs également une chaussure prévue pour l’extérieur. Ainsi, par exemple, au temps des rois de France, il était coutume de s’orner de ses plus belles pantoufles pour participer aux réceptions de la cour !

Quant à la France, c’est en 1795 qu’elle voit apparaitre la première fabrique de pantoufles sur ses terres, les Établissements Amos. Situés en Alsace, ceux-ci ont employé près de 2000 employés lors de leurs meilleures années. Cependant, ils ont définitivement fermé leurs portes en 1987, près de deux siècles après leur création, suite à une concurrence devenue trop forte.

La pantoufle de Cendrillon n’était peut-être pas en verre, après tout

La pantoufle que porte Cendrillon pour aller au bal a fait beaucoup parler d’elle. Avant d’être mise à l’écrit, l’histoire de Cendrillon était un conte que l’on transmettait oralement de génération en génération. Or, certains affirment que, à l’heure de le mettre sur papier, Charles Perrault aurait été victime d’une homophonie de la langue française : en réalité les chaussures ne seraient pas en verre mais en vair, qui n’est autre que de la fourrure d’écureuil gris.

Plusieurs études ont été réalisées sur la question. L’une d’entre elles s’est penchée sur toutes les versions internationales du conte, ce qui revient à plus de 300 variantes. Conclusion : seule une poignée de versions décrivent la pantoufle comme étant de verre. Un grand nombre de versions affirment qu’elle est faite d’or, bien que d’autres la décrivent comme étant en soie ou ornée de diamants, notamment. Enfin, certaines versions laissent le débat de côté en ne donnant aucun détail sur la matière de la pantoufle.

Plus récemment, des étudiants anglais ont démontré que, scientifiquement, la pantoufle de verre de Cendrillon telle qu’elle est représentée dans le film de Walt Disney ne pourrait pas exister. En effet, le verre les rendrait trop fragiles et peu enclines à supporter les pas de Cendrillon. Pour qu’elles puissent résister au poids de l’héroïne, les chaussures devraient avoir un talon d’un peu plus de 1cm seulement, et il serait encore difficile de marcher et danser avec.

La pantoufle de Cendrillon n’est donc qu’un symbole, bien qu’il ait été choisi avec précaution. En effet, non seulement le fait qu’elle soit en verre rend la tâche impossible à toute personne ayant une pointure plus élevée de rentrer dedans, mais elle donne aussi une image délicate à Cendrillon, qui serait la seule à pouvoir les utiliser sans les casser.

Dans tous les cas, une chose est sûre : la pantoufle de Cendrillon est loin de ressembler à celles que l’on connaît aujourd’hui, comme les Caussün et que l’on porte uniquement à la maison !

La charentaise, la pantoufle à la Française, a été créée pour être glissée dans des sabots

Inventée au 17ème siècle, la charentaise est un type de pantoufle française originaire de la région de Charente. Cependant, si son nom est connu de tous, peu savent qu’elle n’a pas toujours eu la même forme que celle qu’on lui connait aujourd’hui.

En effet, à l’origine, elle a été créée pour être utilisée avec des sabots, continuant alors les pratiques du Moyen-âge. Fabriquée à partir de rebuts de feutre utilisé dans les papeteries, elle ressemblait plutôt à une grosse chaussette confortable qui permettait de garder les pieds au chaud lorsque l’on portait des sabots.

Ce n’est qu’au début du 20ème siècle qu’un cordonnier de la région a décidé d’y ajouter une semelle rigide, donnant ainsi naissance au modèle actuel.

On raconte aussi que les charentaises étaient surnommées “les silencieuses” car elles permettaient de se déplacer en silence. Ainsi, par exemple, les valets les utilisaient pour marcher dans la chambre de leurs maîtres sans que ceux-ci ne se réveillent.

Au Japon, il existe des pantoufles spéciales pour les toilettes

Dans de nombreux pays, tels que la Russie et la République tchèque, il est coutume d’enlever ses chaussures à l’heure d’entrer dans une maison, que ce soit la nôtre ou celle de quelqu’un d’autre.

Cependant, les Japonais vont encore plus loin. En effet, ils ont tous leurs propres pantoufles à enfiler à l’entrée de leur maison, et disposent généralement de pantoufles pour les invités. Leur hall d’entrée, qui est l’endroit où l’on se déchausse, porte le nom de “genkan”, un terme originellement utilisé pour désigner l’entrée d’un temple. Il est souvent séparé du reste de la maison par une marche. Les chaussures sont seulement acceptées avant la marche, et il est donc impératif de les enlever pour passer la marche.

Lorsqu’ils sont ordonnés, les Japonais ont d’ailleurs l’habitude de poser leurs chaussures dos à la marche, en direction de la porte d’entrée. Cela permet de facilement les enfiler à l’heure de sortir. De la même manière, les pantoufles se trouvent sur la marche, dos aux chaussures, pour pouvoir être rapidement enfilées sans que jamais elles ne touchent l’endroit réservé aux chaussures.

Mais ce n’est pas tout : quand il est question d’utiliser les toilettes, il est important de changer de pantoufles. En effet, les Japonais ont des pantoufles prévues spécialement pour cet endroit de la maison.

De plus, la maison est loin d’être le seul lieu où il est obligatoire d’enlever ses chaussures. C’est aussi le cas chez le médecin, mais aussi parfois à l’école, au restaurant ou dans les cabines d’essayage des magasins. Dans ce cas, vous trouverez toujours des casiers à l’entrée dans lesquels poser vos chaussures le temps de votre visite.

Mieux encore : de nombreux bureaux interdisent les chaussures, forçant ainsi les employés à travailler en pantoufles. Ce qui nous amène au point suivant…

Travailler en pantoufles nous rendrait plus productifs

Travailler en pantoufles augmenterait notre bien-être au bureau. En effet, non seulement cela augmenterait notre confort, mais cela améliorerait aussi nos relations avec nos collègues, en nous rapprochant et en nous permettant de mieux les connaître. Nous serions alors plus heureux, et qui dit meilleure humeur dit meilleure efficacité en général !

C’est en tout cas ce qu’affirment l’entreprise Shoegarden et l’agence de communication digitale Camarey, mais une étude sérieuse sur le sujet doit encore être faite. Peut-être pourriez-vous demander à ce que celle-ci soit réalisée dans votre entreprise ?

Caussün est la première pantoufle éco-responsable qui propose des services de personnalisation pour les entreprises.

Et vous, êtes-vous plutôt chaussures ou pantoufles à la maison ?

Publié le Laisser un commentaire

5 excellentes raisons de porter des chaussons

Si vous vous demandez pourquoi vous devriez porter des pantoufles à la maison, lisez ces 5 raisons tout simplement.

1 – Les chaussons réduisent vraiment le risque d’attraper un rhume ou une grippe

Ce n’est plus un simple remède de grands-mères : les experts préviennent que les pieds froids peuvent réellement augmenter le risque d’attraper un rhume ou une grippe. Le Dr Ron Eccles, directeur du Common Cold Centre de l’université de Cardiff, étudie la question depuis plus de 25 ans et explique que lorsque vos pieds sont froids, cela modifie la façon dont votre corps est capable de combattre les maladies.

“Le fait de refroidir les pieds provoque la constriction des vaisseaux sanguins dans le nez. Les vaisseaux se resserrent, c’est une action réflexe de protection qui ralentit la perte de chaleur du corps, pour essayer de vous garder au chaud”, explique-t-il. “La peau devient blanche, l’intérieur de votre nez et de votre gorge devient blanc et le flux sanguin vers le nez est réduit. Les globules blancs qui combattent l’infection se trouvent dans le sang, donc il y a alors moins de globules blancs pour combattre le virus.”

Le froid ralentit également le mouvement des minuscules poils de votre nez qui filtrent les germes, ce qui peut également augmenter votre risque de développer des maladies par temps froid.

Ici des pantoufles douillettes vous permettrons de garder vos pieds au chaud et d’être détendu tout comme vos vaisseaux !

2 – Les pantoufles gardent votre maison propre

Les semelles des chaussures que vous portez à l’extérieur sont plus sales qu’une lunette de toilettes. Elles contiennent des excréments, du vomi, de la saleté, de la crasse et des millions de bactéries qui ont 90% de chances de se transférer sur le sol de votre maison si vous n’enlevez pas vos chaussures avant d’entrer. Pas très glamour tout ça, mais pour éviter que la crasse ne se dépose sur vos sols, assurez-vous d’enlever vos chaussures avant d’entrer dans la maison et de porter des pantoufles uniquement à l’intérieur.

3 – Porter des chaussons peut vous rendre plus productif

De nombreuses études ont montré que les travailleurs détendus sont plus productifs.

Quand on a froid le corps se crispe, alors il n’y a rien de plus relaxant qu’une bonne paire de pantoufles chaudes et moelleuses. Enfilez vos pieds dans une paire de chaussons molletonnés et vous pouvez télé-travailler en toute tranquillité.

Il ne vous reste plus qu’à organiser vos documents fiscaux, mettre à jour votre CV, équilibrer votre chéquier ou commencer ce roman que vous avez toujours voulu écrire.

4 – Les chaussons prolongent la vie de vos chaussettes

Les chaussettes s’usent beaucoup plus rapidement si vous les portez à la maison et marchez avec à même le sol. De plus, nous connaissons la difficulté de garder son stock de chaussettes à flots, surtout lorsqu’on se retrouve bien trop souvent avec une chaussette orpheline. Vous savez, ce mystère de la chaussette qui disparait sans aucune raison…

Faites une pause dans votre portefeuille en portant des pantoufles avec ou sans chaussettes quand vous êtes à l’intérieur.

5 – Les pantoufles peuvent prévenir les accidents domestiques

Les sols en bois, en carrelage et en linoléum peuvent être glissants, surtout si vous portez des chaussettes. La plupart des pantoufles ont une semelle antidérapante, comme la feutrine en PET chez Caussün, ce qui peut réduire considérablement le nombre de trébuchements et de chutes qui semblent se produire lorsque vous vous dépêchez de répondre au téléphone, d’ouvrir la porte, de sortir de la douche et de faire une multitude d’autres choses à la maison.

Cinq vraies bonnes raisons de porter des chaussons, et vous hésitez encore ? Voici une dernière en bonus !

Caussün, la pantoufle bio est une marque française qui fabrique des produits écoresponsables à partir de matériaux naturels tels que la laine (origine France) et des matériaux recyclés tels que des chutes de mousse provenant de l’industrie du matelas.

Respectueux des animaux et de l’environnement, les chaussons Caussün sont idéals pour rester au chaud dans les meilleures conditions cet hiver.

Publié le Laisser un commentaire

Pourquoi porter des chaussons à la maison est-il bon pour votre pied ?

Vous est-il déjà arrivé de rentrer chez vous après une longue journée de travail, d’enfiler une paire de pantoufles douillettes et de vous sentir instantanément beaucoup plus détendu ?

Beaucoup de gens savent que porter des pantoufles à la maison est une pratique confortable qui permet de garder les orteils et les pieds au chaud, mais il existe également de nombreux avantages pour la santé liés au port de pantoufles que vous devriez connaître. Gardez à l’esprit que, comme pour toute chose dans la vie, tous les chaussons ne sont pas conçus de la même manière ! De nombreux chaussons peuvent garder vos pieds au chaud, mais ils ne sont pas tous conçus de la même manière et n’apportent pas tout le confort que vous méritez. Il est important que vous soyez en mesure de décider si les pantoufles peuvent être un ajout utile à votre routine à la maison et ce que vous attendez pour vos pieds. Les chaussons peuvent changer la donne de vos routines de détente.

Au fil des paragraphes, nous vous apprendrons comment les surfaces sur lesquelles nous marchons ont évolué au fil du temps, quels sont les principaux avantages de porter des pantoufles à la maison.

Prendre du recul : pourquoi les pantoufles sont plus importantes aujourd’hui qu’auparavant

Avant d’expliquer pourquoi il est bon pour vos pieds de porter des pantoufles à la maison, voyons d’abord comment le monde et les surfaces sur lesquelles nous marchons ont évolué au fil du temps et quel est le lien avec l’importance de porter des pantoufles à la maison.

Vous avez maintenant compris que le port de chaussons à la maison est vital, mais savez-vous pourquoi ? Pour répondre à cette question, il convient de faire un petit retour en arrière dans l’histoire. Autrefois, les êtres humains marchaient principalement sur des surfaces douces et indulgentes, comme la terre et le sable. Ces surfaces indulgentes se formaient naturellement à l’empreinte humaine. Dans le monde moderne, nous marchons principalement sur des surfaces dures, impitoyables et artificielles comme le carrelage, le parquet, le béton, la pierre et le marbre, pour n’en citer que quelques-unes. Bien qu’il n’y ait rien de mal à ces surfaces, elles ont une relation différente avec nos pieds qui doit être prise en considération. Contrairement à une surface qui pardonne et qui s’adapte naturellement à votre pied lors de l’impact, lorsque votre pied heurte une surface qui ne pardonne pas, votre pied est obligé d’essayer de s’adapter au sol, ce qui peut entraîner des douleurs et des problèmes de pieds à long terme. Les pantoufles douces et confortables peuvent vous aider à protéger vos pieds des surfaces dures de votre maison, tout en leur apportant confort et chaleur. Nous voulons ici vous présenter tout ce que vous et votre santé gagnerez à porter des pantoufles à la maison.

Ce que vous (et votre santé) gagnerez à porter des chaussons à la maison

Avez-vous déjà passé la journée à marcher pieds nus dans votre maison pour vous réveiller le lendemain matin avec des pieds douloureux ? Si c’est le cas, vous n’êtes pas le seul ! De nombreuses personnes ne font pas le lien entre leurs douleurs aux pieds et le fait qu’elles marchent sur des surfaces dures sans avoir de barrière de soutien pour protéger leurs pieds, et attribuent plutôt ces douleurs à quelque chose d’autre qu’elles ont fait la veille. Et non, les chaussettes ne sont pas considérées comme une barrière protectrice. Porter des chaussons permet de protéger vos pieds du sol et d’éviter les douleurs aux pieds, le tout dans un ensemble confortable et douillet ! Chez Caussün – La pantoufle bio, nous voulons nous assurer que vous vous sentez à l’aise et sur un nuage à chaque pas et que vous profitez de tous les avantages incroyables que la laine ou le coton peuvent vous apporter.

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des principaux avantages pour la santé de porter des pantoufles à la maison.

Vous en avez assez d’être malade et de renifler ? Les chaussons peuvent vous aider !

Saviez-vous que vos pieds sont une partie importante de votre corps pour prévenir les maladies courantes comme le rhume ou la grippe ? Lorsque vos pieds sont froids, les vaisseaux sanguins de votre nez se resserrent par réflexe pour essayer d’empêcher votre corps de perdre une chaleur précieuse. Lorsque cela se produit, la peau de l’intérieur de votre nez et de votre gorge devient blanche en raison de la réduction du flux sanguin vers le nez, mais cette diminution du flux sanguin vers le nez peut avoir des conséquences. Dans votre sang, il y a des globules blancs qui aident à combattre les infections et à vous maintenir en bonne santé. Lorsque le flux sanguin est réduit, il y a moins de globules blancs présents dans la région pour aider à protéger votre corps des virus. Lorsque vous perdez de la chaleur par les pieds, votre corps réagit également en réduisant le mouvement des minuscules poils du nez qui aident à filtrer les germes qui peuvent tenter de pénétrer dans votre corps par l’air. Lorsque vous portez des pantoufles qui contiennent de la laine, la température de vos pieds est naturellement régulée, ils sont maintenus au chaud et la perte de chaleur est réduite, ce qui permet au sang de circuler vers le nez comme il le ferait normalement et aux défenses de votre corps de mieux combattre les maladies.

Le vrai confort est atteint

Lorsque vous envisagez de porter des pantoufles à la maison, l’une de vos principales préoccupations est probablement de ressentir un confort extrême et rassurant. Que vous soyez toute la journée à la maison, en télétravail ou juste le soir devant un bon film, la pantoufle bio vous permet de cocooner les pieds au chaud.

Maintenant vous connaissez quelques-unes des principales raisons de porter des chaussons à la maison. Alors… à vos Caussün !

Publié le Laisser un commentaire

Economie circulaire, pourquoi est-ce important ?

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

L’économie circulaire est un nouveau modèle de production et de consommation qui garantit une croissance durable dans le temps. Grâce à l’économie circulaire, nous pouvons favoriser l’optimisation des ressources, réduire la consommation de matières premières et valoriser les déchets en les recyclant ou en leur donnant une seconde vie en tant que nouveau produit.

L’objectif de l’économie circulaire est donc de tirer le meilleur parti des ressources matérielles dont nous disposons en appliquant trois principes de base : réduire, réutiliser et recycler. De cette manière, le cycle de vie des produits est prolongé, les déchets sont utilisés et un modèle de production plus efficace et durable s’établit au fil du temps. L’idée naît de l’imitation de la nature, où tout a une valeur et tout est utilisé, où les déchets deviennent une nouvelle ressource. De cette façon, l’équilibre entre le progrès et la durabilité est maintenu.

Quelle est la différence entre l’économie circulaire et l’économie linéaire ?

Jusqu’à présent, nous avons vécu avec des modèles de production linéaires, c’est-à-dire que nous extrayons, produisons, consommons et jetons. La société dans laquelle nous vivons fait que le rythme de la consommation s’accélère, un modèle rapide mais non durable pour la planète.

L’économie circulaire établit un modèle de production et de consommation plus durable dans lequel les matières premières sont conservées plus longtemps dans les cycles de production et peuvent être utilisées à plusieurs reprises, générant ainsi beaucoup moins de déchets. Comme son nom l’indique, l’essence de ce modèle consiste à conserver les ressources dans l’économie le plus longtemps possible, ce qui permet d’utiliser les déchets que nous produisons comme matière première pour d’autres industries.

Quels sont les avantages de l’économie circulaire ?

  • Protège l’environnement : elle réduit les émissions, minimise la consommation de ressources naturelles et diminue la production de déchets.
  • Bénéfice pour l’économie locale : il peut être bénéfique pour l’économie locale en encourageant les modèles de production basés sur la réutilisation des déchets proches comme matière première.
  • Favorise la croissance de l’emploi : il stimule le développement d’un nouveau modèle industriel plus innovant et plus compétitif, une croissance économique plus élevée et plus d’emplois.
  • Favorise l’indépendance des ressources : la réutilisation des ressources locales permet de moins dépendre des matières premières importées.

Quels sont les principes de l’économie circulaire ?

La plupart d’entre nous connaissent la règle des 3R, essentielle au développement durable et à la préservation de l’équilibre environnemental : réduire, réutiliser et recycler.

En d’autres termes, ce que l’on obtient de la nature lui revient lorsque son cycle de vie est terminé, de manière cyclique et respectueuse de l’environnement. Mais saviez-vous qu’il existe quatre autres règles ? Ces 7R sont les étapes nécessaires pour parvenir à une économie circulaire :

  • Redesign : penser et concevoir les produits de manière à ce que leur processus de fabrication consomme moins de matières premières, prolonge leur cycle de vie et génère moins de déchets (ou du moins des déchets plus faciles à recycler). La protection de l’environnement s’en trouve renforcée.
  • Réduire : changer nos habitudes de consommation vers un modèle plus durable. Si nous réduisons notre consommation, nous évitons la production de déchets, l’utilisation de matières premières, et réduisons donc l’impact sur l’environnement.
  • Réutiliser : réutiliser ou réaffecter les produits pour prolonger leur cycle de vie.
  • Réparation : jusqu’à présent, lorsqu’un produit tombait en panne, nous avions tendance à le remplacer. Or, le réparer est non seulement moins cher, mais évite aussi l’utilisation de nouvelles matières premières, économise de l’énergie et ne génère pas de déchets environnementaux.
  • Rénover : mettre à jour de vieux objets pour qu’ils puissent être réutilisés en tant que vintage, par exemple des meubles.
  • Recycler : promouvoir les meilleures pratiques en matière de gestion des déchets et utiliser ce que vous pouvez comme matière première pour fabriquer de nouveaux produits.
  • Récupérez : donnez de nouvelles utilisations à des produits qui vont être mis au rebut, par exemple en utilisant des bouteilles en plastique pour créer des systèmes d’arrosage, des pots de fleurs ou des mangeoires pour oiseaux.

L’économie circulaire chez Caussün

Nous mettons en œuvre des projets d’économie circulaire tout au long de notre chaîne de valeur, de l’obtention des matières premières à la commercialisation des produits et services. Notre stratégie d’économie circulaire s’articule autour de quatre axes.

  • Conception du produit : dès la phase de conception du produit, nous appliquons des critères visant à minimiser la consommation de matières premières lors de la fabrication de nos produits, à prolonger leur durée de vie utile et à augmenter le recyclage de leurs composants.
  • Optimisation des ressources : nous optimisons les ressources et les processus afin que les déchets aient de nouvelles utilisations, tant dans nos processus de production que dans ceux de tiers. Aisni, lorsque vos pantoufles Caussün ont atteint leur durée de vie, les parties en laine dont la tige (partie supérieure) et la semelle intérieure seront de parfaits candidats au compost.
  • Fabrication de produits : nous utilisons des matières premières alternatives d’origine résiduelle pour fabriquer nos produits, telles que le coton organique et le PET recylé pour nos chaussons mais aussi de la fibre de bambou pour nos sacs.
Publié le Laisser un commentaire

Découvrez CAUSSÜN à l’occasion des salons professionnels 2022

Caussün, salons professionnels 2022

CAUSSÜN sera présent lors des salons professionnels 2022, recontrons-nous ! Nous avons hâte de vous présenter l’unique pantoufle en laine vierge 100% recyclée d’origine Française.

Crendo Expo Paris 2022

  • Du 4 au 6 septembre
  • Stand D13
  • Parc Floral de Paris, Rte de la Pyramide, 75012 Paris, France

Ajouter au calendrier >

Maison & Objet 2022

  • Du 8 au 12 septembre
  • Hall 2, stand D109
  • Parc des expositions Paris Nord Villepinte, ZAC Paris Nord 2, 93420 Villepinte, France

Ajouter au calendrier >

Besoin d’une invitation ? Pour toute demande, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone au +33 4 91 71 23 29 ou par mail à [email protected].

Publié le Laisser un commentaire

PET recyclé, un matériau hors normes

La lutte contre les plastiques à usage unique est un défi important, mais tous les emballages plastiques ne sont pas identiques. Facilement reconnaissable grâce à son symbole n°1, le PET, ou polyéthylène téréphtalate, est l’emballage plastique le plus recyclé en Europe.

En effet, les bouteilles en PET sont faites pour être refaites. Seul plastique à pouvoir être recyclé à 100% en circuit fermé, de bouteille à bouteille, ce matériau polyvalent est tout le contraire des plastiques jetables à usage unique.

Découvert dans les années 1940, le PET est extrêmement léger et résistant, ce qui le rend idéal pour l’industrie de l’emballage. Il est également parfaitement sûr pour les emballages alimentaires, avant et après recyclage, et son utilisation est approuvée par les gouvernements et les organisations du monde entier. Ces qualités ont conduit à son adoption généralisée dans les secteurs de l’eau et des boissons, puisque 70% des boissons gazeuses, des jus de fruits, des boissons diluables et de l’eau en bouteille sont actuellement conditionnés dans des bouteilles en PET.

Pourquoi le PET n’est-il pas comme les autres ?

Grâce à sa grande recyclabilité, le PET est le seul plastique à avoir reçu la désignation n°1. La boucle de bouteille à bouteille est l’objectif de l’industrie. En effet, le PET peut contenir jusqu’à 100% de matières recyclées, ce qui signifie qu’à l’avenir, toutes les bouteilles pourraient être fabriquées à partir de PET recyclé (rPET). Encore et encore.

Actuellement, environ 58% des bouteilles sont recyclées en Europe. Nous devons améliorer cette situation si nous voulons augmenter le nombre de bouteilles fabriquées avec du rPET. D’ici 2025, toutes les bouteilles en PET seront fabriquées à partir d’au moins 25% de PET recyclé et d’ici 2029, au moins 9 bouteilles en PET sur 10 seront collectées pour être recyclées.

L’industrie est prête à contribuer à la réalisation d’un avenir plus durable pour les emballages. Nous investissons massivement dans les systèmes de consignation (DRS) et le recyclage. Nous avons actuellement la capacité de recycler 11 milliards de bouteilles supplémentaires chaque année, mais il est essentiel d’améliorer les taux de collecte pour en tirer le meilleur parti.

Nous voulons utiliser davantage de rPET dans notre production. Pour ce faire, nous avons besoin de récupérer nos bouteilles. Chaque bouteille PET envoyée à l’incinération ou mise en décharge est un gaspillage de ressources précieuses. Un avenir plus durable est possible et le recyclage du PET peut nous aider à y parvenir.

L’industrie s’est également efforcée d’améliorer la conception de ses bouteilles en PET, réduisant leur poids de 40% depuis 2000. Cette amélioration signifie que davantage de nourriture et de boissons peuvent être livrées avec moins de plastique. Les produits transportés dans des emballages en PET ont donc un impact environnemental plus faible que les autres, car leur transport nécessite moins de carburant.

Quel est le matériau d’emballage le plus durable ?

Mais il n’y a pas que les autres emballages en plastique que le PET surpasse, il présente également des avantages par rapport à des alternatives telles que le verre et l’aluminium.

Le PET peut être recyclé rapidement et nécessite beaucoup moins d’énergie que le verre et l’aluminium, ce qui signifie qu’il génère jusqu’à 75 % d’émissions de gaz à effet de serre en moins. Il est clair que choisir le PET et le recycler est l’option durable. Et grâce à sa recyclabilité à 100 %, vous pouvez faire ce choix, encore et encore.

Bien que l’objectif soit que chaque bouteille en PET soit refaite en une autre bouteille, il arrive que la qualité du plastique se détériore tout au long de sa durée de vie en raison de son utilisation ou du processus de recyclage. Si le PET détérioré ne peut pas être utilisé pour l’emballage des aliments ou des boissons, sa grande recyclabilité signifie qu’il peut toujours être réutilisé pour un certain nombre d’autres usages.

Le rPET qui ne peut pas être utilisé pour fabriquer de nouvelles bouteilles peut toujours être utilisé pour fabriquer des fibres de polyester. Les produits en PETr sont utilisés par les constructeurs automobiles pour la fabrication d’intérieurs et de pièces automobiles comme les ceintures de sécurité.

Le rPET est également assez polyvalent pour avoir un certain nombre d’utilisations dans l’industrie de la mode. Le tissu peut être utilisé pour fabriquer des t-shirts et des sous-vêtements thermiques, ainsi que des bagages et des sacs et même les semelles de nos pantoufles Caussün.

Le PET est fait pour être refait. Chaque bouteille jetée est une occasion manquée de transformer ce matériau précieux en quelque chose d’utile. Mettons fin au gaspillage. Recyclez le numéro 1.

Publié le Laisser un commentaire

Le coton biologique est-il durable ?

L’industrie du coton est gourmande en ressources et nécessite d’énormes quantités de pesticides. Mais dans quelle mesure le coton biologique est-il durable ?

Le coton vous est probablement déjà très familier. C’est l’un des textiles les plus utilisés dans l’industrie de l’habillement et la plupart des articles de votre garde-robe en sont probablement faits. Mais pour quelque chose d’aussi familier, il y a beaucoup de choses que beaucoup d’entre nous ne savent pas encore sur le coton. Comment est-il produit ? Est-il mauvais pour l’environnement ? Est-il mauvais pour l’homme ? Et, lorsque vous faites vos achats, est-il préférable d’opter pour du coton biologique ? Autant de questions auxquels nous allons tenter de répondre à travers cet article.

Une brève histoire du coton

Produit à l’origine en Inde (5 000 ans avant J.-C.), le coton est aujourd’hui utilisé et porté dans le monde entier. Environ 27 millions de tonnes sont produites chaque année.

Fabriqué à partir des fibres naturelles du cotonnier (qui ressemblent à de petites boules duveteuses), le coton est doux et polyvalent. Pour le transformer en un tissu portable, les fibres naturelles sont filées en fil.

Grâce à des innovations dans le domaine de la fabrication, la production de masse du coton a débuté pendant la révolution industrielle britannique. Dans les années 1760, la “spinning jenny”, un métier à filer à fuseaux multiples, a été inventée. Elle a contribué à révolutionner l’industrie et, selon Historic UK, au début des années 1800, les produits en coton représentaient environ 42% des exportations britanniques.

Mais cela ne devait pas durer. Si la Grande-Bretagne a été l’un des moteurs de la production de masse du coton, ce sont aujourd’hui les États-Unis, la Chine et (une fois encore) l’Inde qui dominent l’industrie.

Comment le coton est-il produit ?

Il y a plus d’une façon de récolter le coton. Au début de la production, la récolte demandait beaucoup de travail et était partout ramassée et séparée à la main.

Aujourd’hui, certains pays, comme les États-Unis, utilisent des machines pour récolter le coton. Des cueilleurs et des effeuilleuses mécaniques sont utilisés. La première cueille la boule de coton sur la plante, laissant le reste dans le sol. La seconde arrache les boules de coton, ainsi que les feuilles et la tige de la plante restante. Toutes deux peuvent récolter environ six rangées de la plante à la fois.

Cependant, bien que les machines aient évolué, dans de nombreux pays, le coton est encore souvent récolté à la main. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Le coton biologique, par exemple, est presque exclusivement cueilli à la main, ce qui garantit une meilleure qualité, car aucune fibre n’est endommagée au cours du processus. Le coton biologique est également beaucoup plus respectueux de l’environnement (nous y reviendrons plus tard).

Mais dans certains cas, la cueillette manuelle conduit à l’exploitation. Selon un rapport de la BBC, en 2014, plus de 400 000 enfants ont travaillé dans les exploitations de coton en Inde. Les enfants sont parfois utilisés car ils ont des doigts plus petits, mais aussi, selon un agriculteur, leur éthique de travail est meilleure.

Venkatram Reddy, qui possède une ferme dans l’Andhra Pradesh, a déclaré à la BBC : “Ce n’est pas possible avec les adultes. Ils ne travaillent pas aussi dur et n’arrivent pas à l’heure. Même si nous leur versons à tous les deux le même salaire, ce sont les enfants qui travaillent sincèrement et honnêtement.”

Le travail des enfants dans le coton n’est pas exclusif à l’Inde. En 2016, un rapport du ministère américain du Travail a révélé que le travail des enfants était présent dans la production de coton dans 18 pays, dont la Chine, l’Ouzbékistan et le Brésil.

Si de nombreuses marques et détaillants déclarent ne pas acheter sciemment du coton récolté en faisant appel au travail des enfants, il peut être très difficile de remonter la filière. La BBC note que le coton peut changer de mains un certain nombre de fois avant d’arriver à l’usine pour être transformé en vêtements.

Il existe toutefois un moyen de vous assurer que votre coton est produit de manière éthique. Lorsque vous achetez du coton certifié commerce équitable, une grande partie de la récolte peut encore être cueillie à la main, mais les travailleurs sont traités équitablement et le travail des enfants n’est pas utilisé. Veillez à rechercher des certifications officielles de commerce équitable, comme celle-ci.

Le coton est-il mauvais pour l’environnement ?

Si l’industrie du coton a pu être autrefois la fierté de l’Empire britannique, elle a, tout comme ce dernier, un revers de médaille. Outre le travail et l’exploitation des enfants, cette culture douce et moelleuse a un impact considérable sur l’environnement. La culture excessive épuise et dégrade le sol, et utilise d’énormes quantités d’eau.

Utilisation de pesticides

Des produits chimiques puissants sont utilisés pour traiter le coton. Alors que l’industrie du coton conventionnel couvre 2,6 % des terres de la planète, elle utilise 6 % des pesticides au niveau mondial, ainsi que 16 % des insecticides. L’eau polluée provenant de cette industrie s’écoule dans les rivières et autres cours d’eau, nuisant non seulement à la vie marine, mais aussi aux êtres humains.

L’assèchement de la mer d’Aral a été une catastrophe pour les communautés environnantes. The Guardian a rapporté en 2014 que la poussière, contaminée par le sel et les pesticides précédemment absorbés par le lac, était soufflée dans les villages voisins, provoquant des taux plus élevés de cancer de la gorge et de maladies respiratoires.

L’écologiste et créatrice de mode durable Katharine Hamnett a déclaré au journal à l’époque : “Comme l’a dit Vandana Shiva, ‘aucune espèce n’a délibérément conçu sa propre extinction’, mais avec l’agriculture industrielle, nous l’avons fait.”

Le coton biologique est-il meilleur pour l’environnement ?

Pantoufles Caussün contenant du coton organique

Le coton biologique n’est pas parfait, car il utilise toujours des ressources, mais il est bien meilleur pour l’environnement que son homologue conventionnel.

Selon About Organic Cotton, une ressource financée par Textile Exchange, une organisation à but non lucratif spécialisée dans la durabilité des textiles, le coton biologique utilise 88 % d’eau en moins que le coton conventionnel. Selon le groupe de défense de l’environnement Hubbub, cette réduction peut atteindre 91 %. Cela s’explique par le fait que la majeure partie de ce coton est cultivée dans des zones pluviales, ce qui réduit la pression sur les autres sources d’eau.

Le coton biologique est également plus respectueux du sol. Selon l’Organic Trade Association, lorsque le coton est cultivé de manière biologique, des stratégies de rotation des cultures et des pratiques de consolidation du sol sont utilisées. Le sol reste ainsi en bonne santé, ce qui est bénéfique pour le climat. Un sol sain contribue à extraire le carbone de l’atmosphère.

La production de coton biologique n’utilise pas non plus de produits chimiques toxiques. Ce dernier point n’est pas négociable, car les pesticides sont en fait interdits dans la production de coton biologique. Au lieu de cela, la rotation des cultures permet de protéger les plantes contre les maladies et autres menaces, comme les parasites. Découvrez les pantoufles éco-conçues par lapantouflebio.com.

Le coton biologique est-il biodégradable ?

Le coton étant une plante, il est naturellement biodégradable. Mais le fait que ce processus soit favorable ou non à l’environnement dépend du type de coton. Lorsque le coton non biologique se biodégrade, tous les produits chimiques utilisés pour le traiter retournent dans la terre, endommageant les habitats locaux. Les oiseaux et autres animaux peuvent finir par digérer les toxines.

Le coton biologique, en revanche, n’est pas traité avec des produits chimiques. Ainsi, lorsqu’il se décompose, il est moins nocif pour la terre. Le coton biologique prend jusqu’à cinq mois pour se biodégrader.

Peut-on recycler le coton ?

Vous cherchez à vous débarrasser d’un vêtement en coton ? Il y a plusieurs possibilités. Si l’article est encore en bon état, il y a la solution évidente du don ou de la vente. Recherchez les boutiques de charité locales ou utilisez des applications de revente comme Depop ou Vinted.

Si l’article n’est plus dans un état raisonnable, vous pouvez également vous renseigner auprès de votre mairie pour savoir si elle accepte les vêtements pour le recyclage. Certains détaillants, comme H&M et The North Face, acceptent les vieux vêtements à recycler.

Le recyclage du coton n’est pas un processus parfait. Selon CottonWorks, une ressource industrielle, le coton doit être mélangé à d’autres fibres pour être transformé en un nouveau fil. Ce mélange est nécessaire pour assurer la solidité et la durabilité du coton, mais il ne peut être recyclé en permanence.

Une solution consiste à acheter des produits conçus pour durer. Le coton biologique durera plus longtemps que le coton conventionnel car sa qualité est bien meilleure.

À l’heure actuelle, moins d’un pour cent du coton utilisé dans le monde est biologique. Mais Liesl Truscott, directrice de l’Europe et de la stratégie des matériaux de Textile Exchange, affirme que les consommateurs peuvent contribuer à changer cette situation en manifestant leur demande et en soutenant les marques qui choisissent le bio plutôt que le conventionnel.

Elle a déclaré à Vogue Australie : “Il faut que les grandes entreprises investissent dans l’offre et créent la demande. Nous avons besoin qu’elles s’améliorent en permanence”.

Publié le Un commentaire

Caussün : une pantoufle pas comme les autres

Caussün c’est la traduction de chausson en provençal.

Et ce chausson est totalement écologique et unique.

De la laine de moutons français (du Massif Central) de différentes races pour proposer plusieurs teintes de chaussons : la naturelle, la cendrée ou la chocolatée.

Du liège associé à de la laine pour parfaire les bordures, les finitions, le tout rembourré par de la mousse de matelas recyclée (issu de chutes de tissus up-cyclés).

La laine est aussi utilisée pour la doublure.

La combinaison des matières et la structure même des produits assurent un confort incomparable.

La sélection de ces matières apporte chaleur et bien-être tout en étant durable et, à terme, recyclable ou compostable.

Les créateurs de CAUSSÜN assurent jusqu’au bout leur passion du travail bien fait, utile et agréable en expédiant leurs créations dans des sacs en tissus 100% recyclable, les pantoufles elles-mêmes sont empaquetées dans un sac réutilisable ou compostable en fibre de bambou.

Rien n’est laissé au hasard. La production se fait chez les champions du monde du savoir-faire au niveau de la chaussure, nos voisins et amis du Portugal.

L’idée du produit qui tend à la perfection, utile et intelligent : voici Caussün, la pantoufle éco-responsable pour un monde meilleur.

Une pantoufle écologique et unique.